1 avr. 2009

PRÉDICTIONS

Un film de fin du monde avec Nicolas Cage. Il y a dix ans, cela aurait pu être très alléchant au premier degré, mais une cascade de navets et de compléments capillaires a transformé le pauvre Nick en aimant à moqueries, en prince du nanar friqué. Restait cependant un espoir : la présence derrière la caméra d'Alex Proyas, excellent technicien et solide bâtisseur d'univers (I, robot et surtout Dark city). C'est donc avec un mélange d'appréhension et d'excitation que l'on entre dans ce Prédictions, qui risque en fait de décevoir tous ses spectateurs : qu'on s'attende à un navet délectable ou à un ambitieux film catastrophe, on devra ronger son frein, tant le film de Proyas semble ne jamais choisir son camp. Un gentil petit divertissement hollywoodien, en somme.
C'est en tout cas l'impression que laissent les cent premières minutes, classiques et assez prévisibles, mais globalement bien foutues. Proyas déroule un scénario très eighties qui évente très rapidement son mystère de départ (mais que signifient ces séries de chiffres) pour se concentrer sur des personnages plutôt bien taillés (un veuf et son fils fragile) et sur des situations propices à d'enthousiasmantes démonstrations techniques. Visuellement, c'est un régal : les séquences de catastrophes sont parfaitement exécutées et réellement impressionnantes, ce qui tend à rendre l'ensemble crédible. En découle un suspense assez balisé mais globalement assez efficace, d'autant que le script a le bon goût de ne pas s'attarder sur les lénifiantes questions de la destinée, du libre-arbitre, thèmes évidemment passionnants sauf quand ils sont traités dans un blockbuster.
Dans la peau du héros, Nicolas Cage est relativement convaincant, d'autant qu'il arbore une coupe de cheveux moins aberrante que par le passé. Plutôt bien vu, son personnage soulève des problématiques intéressantes, semblables à celle du Jour où la Terre s'arrêta, mais mieux traitées sur tous les plans. Le tout nous amène vers un dernier quart d'heure plus étonnant que ce qui précède, plutôt gonflé pour un film de cette dimension, et qui arrive à nous faire gober en grande partie ce qui aurait pu n'être qu'un torrent de ridicule. Prédictions va au bout de ses idées, et séduit finalement par sa façon de se détacher progressivement de son postulat (chiffres et catastrophes) pour aller vers autre chose. De quoi prendre un vrai plaisir pendant le film, celui-ci ne faisant que croître à mesure que les bobines s'enchaînent.
6/10

(autre critique sur Sur la route du cinéma)

7 commentaires sur “PRÉDICTIONS”

Anna a dit…

J'ai vraiment eu du mal à gober la fin, pour ma part...

Rob Gordon a dit…

Ce qui est on ne peut plus compréhensible.
Je fais partie de ceux qui se sont plutôt pris au jeu, mais sans doute que j'aurais détesté cette dernière partie si je m'étais levé du pied gauche.

Clém a dit…

J'ai alors dû me lever des deux pieds gauches ce matin... Car pendant 1h50 tout allait bien et après...
Et pourquoi pas un petit "The end" (of the world) juste après l'avant-dernière scène et rideau, on ferme?
Snif, je retourne voir les Ailes de l'enfer. (Je blague).

Pascale a dit…

C'est justement le début et la fin qui sauvent l'ensemble je trouve !

melissa a dit…

Problème avec la fin ou comment les américains arrivent une fois de plus à placer leur propre idéologie. Créationnisme contre darwinisme en somme. Sinon, le reste est vraiment pas mal, les accidents sont assez hallucinants.

Anonyme a dit…

je suis d'accord avec Clém, ils auraient finir avec la fin du monde. Le film aurait été moins raté. La dernière scène est vraiment trop dure à avaler.

"Nicolas Cage est relativement convaincant" euh oui enfin je suis relativement pas d'accord... mais bon, c'est déjà moins pire que Bangkok Dangerous

Sabine

Jérémy a dit…

Bonjour,
Un congrès s'organise sur le thème de la prédiction en 2010 :
http://www.articque.com/congres-2010.html

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz