15 avr. 2009

ERREUR DE LA BANQUE EN VOTRE FAVEUR

Ils sont sympa, Munz et Bitton : ils font des comédies sympa, avec des sujets sympa et des acteurs sympa. Sympa, quoi. Sauf que, comme le démontre le début de cette critique, trop de sympa tue le sympa, rien ne pouvant faire oublier le caractère indigeste d'un scénario ou l'odeur de pourri de dialogues ayant dépassé la limite de péremption depuis un quart de siècle. La semi-foirade d'Erreur de la banque en votre faveur (joli titre) tient en partie au fait que le duo de réalisateurs avait déjà commis une comédie sur l'argent avec le très sympa (tiens donc) Ah! si j'étais riche. On y voyait déjà Jean-Pierre Darroussin sortir de sa vie ordinaire pour découvrir les joies du pognon tout en devant taire sa soudaine richesse. C'était un rien beauf, mais complètement charmant, et pas seulement grâce à la présence de Helena Noguerra en call-girl.
Ayant donc épuisé la plupart des ressorts d'un tel sujet, Munz et Bitton tombent rapidement dans la redite, et tombent alors dans plusieurs des pires travers de la comédie populaire française. D'une part, des digressions inutiles avec les histoires d'amour complètement factices des deux héros : la love affair cheveu-sur-la-soupe de JP Darroussin avec une mineure, et l'idylle plus sérieuse mais aussi mal traitée de Gégé Lanvin et de la mimi Barbara Schulz (qu'il vaut mieux aller voir dans le nullissime Celle que j'aime d'Élie Chouraqui car elle y passe son temps en tenue d'Ève). D'autre part, des dialogues usées jusqu'à l'os, du genre « - Y a de quoi se jeter par la fenêtre - Ouais mais t'habites au rez-de-chaussée », ou alors horriblement vulgos (on croirait que Jean-Claude Convenant a servi de script doctor). Au milieu, le spectateur est un peu gêné, et surtout fort ennuyé.
Car on s'emmerde sévèrement dans ce film aussi long que son titre, qui ne commence à enchaîner véritablement les rebondissements que dans une dernière demi-heure plus dynamique mais guère plus attrayante. Les personnages du film étant soigneusement étiquetés (les gentils, les méchants, et personne au milieu), on sait bien qui sortira vainqueur de cette bataille se menant à coups de virements bancaires. Au moins, dans Ah! si j'étais riche, il y avait un semblant de suspense. Finalement, on se contentera de la prestation façon minimum syndical mais certes pas désagréable du Lanvin - Darroussin, ainsi que celle du trop méconnu (mais bigrement sympa) Scali Delpeyrat. Puis on se détournera sans mal d'un film aussi exaltant qu'une partie de Monopoly.
3/10

(autre critique sur Sur la route du cinéma)

5 commentaires sur “ERREUR DE LA BANQUE EN VOTRE FAVEUR”

Pascale a dit…

Qu'est-ce que t'as contre le monopoly ???
C'est qui le Scali ???
C'est vrai que c'est sympa comme tout.
Quant aux storiettes d'amour... celle de Darroussin est effectivement limite (pourquoi une mineure ???).
Bref, sympa mais c'est vite dit quand même.

Rob Gordon a dit…

Scali, c'est le banquier, le gendre de Martin Lamotte. Il est toujours très bon. Comme dans l'atroce Séminaire. Comme dans Notre univers impitoyable. Comme dans Trahison (ouais ouais, il fait aussi dans le cinéma ricain).

Pascale a dit…

ah oui, il est excellent. Quelle métamorphose dans son personnage. Il m'a épatée aussi !

Je crois que le Séminaire se déroulera sans moi.

Tu dors quand toi ?

Tu vas bientôt lâcher ton venir contre Tavernier sale bête !

Rob Gordon a dit…

Une fois j'ai fait une nuit de 6 heures. Ça m'a bien reposé.
Tavernier ? Connais pas.

Pascale a dit…

Une nuit de six heures ???
Tain, t'aimes le luxe toi !

Et même "tavernier, c'est ma tournée ?"

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz