5 mars 2009

LE PREMIER CERCLE

Aux États-Unis, ils ont James Gray et Michael Mann. En France, on a Gilles Paquet-Brenner et Laurent Tuel. La vie est tellement injuste. Comme son collègue de Gomez & Tavarès, le touche-à-tout Tuel lorgne ici du côté de la tension moite de Heat et Miami Vice et du drame familial façon The yards. Et si ces modèles auraient été écrasants pour n'importe quel réalisateur français, ils réduisent carrément ce Premier cercle en bouillie.
La réaction du spectateur face à cela est la même que celle du client de bar qui, commandant un expresso, se voit servir une grosse tasse de jus de chaussette tiède, insipide et transparent. Ce qui frappe d'abord dans Le premier cercle, c'est cette constance dans la mollesse, puisque tout, mise en scène (?) comme interprétation, est plongé dans une léthargie fort communicative. Il faut néanmoins rester jusqu'au bout, rien que pour assister au gunfight le plus miteux de ce début de siècle, digne des meilleures séries allemandes de début d'après-midi : zéro rythme, aucune intensité... Rarement un film sur la mafia aura été aussi pauvre en tension, en enjeux, en noirceur : l'idée du danger permanent du métier de gangster est d'ailleurs si mal retranscrite qu'on se désintéresse bien vite de ce qui arrivera aux personnages.
À la tête de tout ça, il y a le monolithique Jean Reno, peu aidé par des répliques bien stéréotypées sur des thèmes comme « un jour mon fils, tout ceci sera à toi » ou « la famille c'est sacré ». Consternant. On a plus de peine pour un Gaspard Ulliel faisant ce qu'il peut pour jouer les durs (mais les pectoraux, le marcel et la gomina ne font pas un acteur), et pour Vahina Giocante et Sami Bouajila, qui se sortent avec dignité de ce très long film d'une heure trente-quatre à éviter coûte que coûte.
1/10
(également publié sur Écran Large)

3 commentaires sur “LE PREMIER CERCLE”

FredMJG a dit…

Ne serais-tu point quelque peu maso ? car rien que la bande annonce fait 1/ peur (pas du genre Halloween, plutôt du style diable, si le ridicule tue va y avoir une sacrée liste de disparus d'un coup d'un seul aux prochains Césars...) 2/ rire... 3/ pitié (et on souffre pour Sami, oh oui !)
Ou alors tu espérais un miracle ?

Rob Gordon a dit…

Droit de réponse de l'intéressé :

« L'individu connu sous le pseudonyme de Rob Gordon tient à faire savoir qu'un site internet l'envoie régulièrement voir des films afin de les critiquer pour son compte. Ce sont généralement des films que personne d'autre ne souhaite voir. Le site en question est mentionné au bas de ces critiques.
Monsieur Rob Gordon insiste sur le fait qu'il n'est tout de même pas assez fêlé pour penser qu'un film de Laurent Tuel avec Jean Reno et Gaspard Ulliel peut avoir un quelconque intérêt. Il tient à rester digne.
Merci de votre compréhension. »

FredMJG a dit…

FredMJG pouffe total et compatis grandement à la dure vie de Mr Gordon qui accessoirement aurait bien le droit de croire au père noël et que Jean Reno aura un jour du talent... euh... non, là, faudrait carrément que dieu existe...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz