22 mars 2009

COCO

Bonne nouvelle : Gad Elmaleh a fait savoir qu'après Chouchou et Coco il ne souhaitait pas continuer à transformer ses sketches en longs-métrages. C'est tant mieux, car son passage à la réalisation est une vraie calamité. Drôle pendant environ trois minutes, Coco s'embourbe ensuite dans une succession de faux bons mots, de gags répétitifs et d'occasions manquées. Très vite, on s'identifie au personnage du fils, qui semble totalement abattu, exténué par les exaspérantes facéties de son père.
Coco donne une nouvelle fois la mesure du fossé qui sépare les humoristes français de leurs homologues américains. Car Coco ressemble à un héros de Will Ferrell, tant par son mauvais goût prononcé que par l'antipathie qu'il suscite. Seulement, chez Ferrell, la surenchère est imaginative, et le personnage tellement idiot et grotesque qu'il en devient attachant. Ici, on a juste envie de gifler le héros, insupporté par sa voix pourrie et ses réparties formatées. Ce qui pouvait fonctionner sur un sketch de dix minutes semble complètement aberrant sur grand écran. Rien ne vient entraver la marche de Coco : ni une tentative d'intrigue susceptible de casser la routine, ni les personnages secondaires.
Car Coco est désespérément seul en scène, Elmaleh tirant toute la couverture à lui. Les quelques personnages qui gravitent autour de lui sont fantomatiques, et c'est bien dommage. Daniel Cohen ou Manu Payet auraient pu apporter tellement plus, tout comme la fabuleuse Pascale Arbillot, dont on ignorait qu'elle était aussi belle. Autant Chouchou donnait la part belle à Alain Chabat et Roschdy Zem, autant celui-ci semble tout entier tourné vers son réalisateur-scénariste-acteur, qui semble aussi mégalomane que son personnage. Et l'on se dit que l'équilibre trouvé par Dany Boon avec Bienvenue chez les ch'tis n'est pas donné à tout le monde.
2/10

(autre critique sur Sur la route du cinéma)

4 commentaires sur “COCO”

Pascale a dit…

Le summum du ridicule de la voix est atteinte quand il imite Jamel :
"i veule... je veux mon fils i veule..."

T'avais aimé les Chtis ti ? J'm'in r'voir cha aleur !

Kevin a dit…

Hum...Etrangement j'ai préféré Coco à Bienvenue chez les chtis...Pour ma part, le seul reproche que je ferais à ce film est de manquer d'âme...
Mais cela suffit à le placer parmis les plus mauvais films que j'ai vu.

Je dois avouer que juste après la séance, j'avais "kiffé" mais avec du recul, je déteste autant que le film de Danny ...

Ce commentaire rejoint en tout cas en grande partie mon avis personnel( aujouté au fait qu'il est écrit dans un style accrocheur et plus que compréhensible...)

Bonne continuation.
Kevin de l'ex 2nde5 :)

Shecomesincolour a dit…

Ce film est caractéristique de cette vague "d'humour communautaire" : les Ch'ti, les geeks, les juifs, les beaufs, etc. Tout le monde en prend pour son grade... Mais en fait, ce qui est sérieusement préoccupant, c'est de ne pouvoir faire de l'humour au dépens d'une communauté que lorsqu'on en fait partie... Un film comique sur les juifs aurait-il été possible et bien accueilli si Gad Elmaleh n'avait pas été juif?
Shecomesincolour

http://fr.ulike.net/Shecomesincolour

devotionall a dit…

Gad Elmaleh est un bon acteur. Il est capable de beaucoup de finesse et son humour est ravageur, sans qu'il n'en fasse jamais de trop. Ce film est truffé de bonnes phrases et de bons mots hilarants. Ce film ne vaut pas même la peine d'être téléchargé et d'encombrer votre disque dur, l'espace d'une minute. Une seule de ces affirmations est véritière, je vous laisse le soin de deviner laquelle.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz