27 févr. 2009

Top 5 : Jacques Gamblin

Cette semaine, Jacques Gamblin s'appelle Noël Gentil, Émile Leullet et Denis Leprince dans Bellamy. Et ce soir, il concourt pour les César™. On croise les doigts pour lui.



Top 5 des films avec Jacques Gamblin

01. Le premier jour du reste de ta vie (2008)
Le petit miracle de 2008, comédie dramatique populaire ayant su trouver son public et le toucher au coeur. Dans le rôle du chef de famille, chauffeur de taxi clopeur, Gamblin trouve le juste milieu entre son côté lunaire et la surprenante gravité dont il peut faire preuve. Si ça n'était pas déjà pris, on l'appellerait bien le grand Jacques.


02. Mademoiselle (2001)
Une merveille de délicatesse, récit ciselé de la rencontre éphémère de deux êtres de passage (un improvisateur en tournée et une visiteuse médicale). Que ce soit avant ou après, jamais le sympathique Philippe Lioret n'aura atteint ce niveau de grâce. Un petit moment de flottement et d'allégresse, comme un voyage sur un nuage. Et un Gamblin forcément magique.


03. Kanzo senseï (1998)
Gamblin chez Shohei Imamura : une rencontre assez improbable pour un second rôle savoureux, celui d'un prisonnier hollandais se liant d'amitié avec le Docteur foie (traduction du titre) et menant de drôles d'expériences avec un microscope. On y retrouve une fois encore la marque de fabrique de l'acteur : douceur, légèreté, le tout dans une enveloppe de virilité. Chouette film.


04. Laissez-passer (2002)
Pourquoi s'agit-il du meilleur film de Bertrand Tavernier ? C'est parce que, pour une fois, son casting n'est pas outrageusement dominé par un cabotin ou une bête de somme (ces deux notions convergeant assez souvent). Embauché en dernière minute, Gamblin fait des merveilles dans le rôle d'un résistant apprenti cinéaste, formant avec Denis Podalydès un duo impeccable.


05. Au petit Marguery (1995)
Sans doute pas un chef d'oeuvre, mais l'un des premiers films ayant permis de découvrir Gamblin à sa juste valeur. Une oeuvre chorale inégale mais attachante, dans laquelle un restaurateur vieillissant (bouleversant Michel Aumont) reçoit toute sa famille pour célébrer la fermeture de son enseigne. À découvrir...

4 commentaires sur “Top 5 : Jacques Gamblin”

FredMJG a dit…

C'est juste une idée ou j'ai souvent l'impression que ce cher monsieur Gamblin (charmant par ailleurs) fait tout le temps la même chose ? Dans Bellamy, je l'ai trouvé affreusement faiblard ! et même je crois bien l'avoir préféré et de loin dans Au coeur du mensonge si on reste dans les Chabrol... Mais c'est vrai qu'il "marche" bien en compagnie de la Bonnaire...
Accessoirement, de Tavernier, je préfère quand même L627...

Rob Gordon a dit…

J'aime pas beaucoup Tavernier.
Je trouve que Chabrol est plus drôle en vrai qu'au cinéma.
Et que dernièrement il a perdu la main côté direction d'acteurs (d'où la prestation bof bof de Jacquot).

FredMJG a dit…

Z'ezzzzzzact ! dans la vie c'est un vrai boute en train le Claudio ! Pour la direction d'acteurs, son credo c'est, je l'ai choisi, il sait mieux que moi ce qu'il a à faire... Un gros poil dans la main qu'il a je te dis !

Céline a dit…

Je ne connais les autres films, mais sa performance dans le premier jour du reste de ta vie me donne envie de découvrir les autres!

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz