6 févr. 2009

ÉLÈVE LIBRE

C'est donc confirmé : Joachim Lafosse est un grand, un vrai grand, un jeune réalisateur qui n'est déjà plus un espoir mais bel et bien un cinéaste confirmé. En trois films, ce trentenaire belge a démontré qu'il était non seulement un filmeur hors pair, mais également un brillant raconteur d'histoires, sachant insuffler une perversité non feinte dans des situations a priori banales. Élève libre ne déroge pas à la règle, exploitant un postulat limite benêt (un ado en échec scolaire prépare un examen en candidat libre et connaît ses premiers émois sexuels) pour opérer un lent glissement vers des évènements bien moins ordinaires.
Même si son style est sensiblement différent de celui de Nue propriété (qui s'inscrivait davantage dans une notion de durée, notamment par le biais de longs plans-séquences), on retrouve la patte singulière de Lafosse, sa façon de filmer toujours alerte, et l'attention toute particulière qu'il semble porter à ses comédiens. Ceux-ci sont tout simplement magistraux, parfaits de justesse et ce même dans les scènes les plus difficiles à jouer. C'est notamment grâce à eux qu'Élève libre ne tombe jamais dans un ridicule avec lequel il ne cesse de flirter. On reconnaît certains metteurs en scène à leur façon de frôler la ligne jaune sans jamais la franchir. Lafosse est de ceux-là.
Alors que fleurissent encore et encore des oeuvres, à vocation comique ou tragique, sur la sexualité adolescente, Élève libre s'impose comme une sorte de nouveau mètre-étalon, appelant un chat un chat et n'hésitant pas à traiter certains thèmes très frontalement. Chacun des personnages va au bout de ses idées comme de ses actes. Le film ne se contente pas de citer Camus lorsqu'il évoque la nécessité des expériences diverses : il applique ce principe à lui-même, laissant pantois par son culot autant que par sa maîtrise. Comme un vieux briscard, Lafosse est de plus assez malin pour éviter la facilité d'une fin toc et choc, nous plantant là avec un bon milliard de questions en friche. Joli coup.
8/10
(également publié sur Écran Large)

(autre critique sur Tadah ! Blog)

4 commentaires sur “ÉLÈVE LIBRE”

FredMJG a dit…

Et bien j'irais peut-être y jeter un oeil, j'apprécie en général ce que fait Zaccaï... Quoique, après vision de la bande annonce, je trouve que ça sent franchement le glauque...

Vincent a dit…

Splendide film que j'ai trouvé à la fois étouffant et désarmant, excitant et bouleversant. La fin, en forme d'anti-conclusion de l'expérience vécue, laisse pantois, je suis parfaitement d'accord, et c'est ce qui fait la force et le charme du film.

pL a dit…

Je suis très curieux de découvrir ce film...

Anonyme a dit…

J'ai vu ce film hier soir à la télévision et il m'a mise très mal à l'aise. Sous des dehors très libertins, il véhicule une moralité très classique, ce qui me semble une démarche hypocrite.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz