21 janv. 2009

PLUS TARD TU COMPRENDRAS

Sorti en salles ce mercredi, Plus tard tu comprendras a fait l'objet d'une diffusion télévisée la veille au soir sur France 2. Cette double exposition est à l'origine du premier des nombreux problèmes du film, l'un des moins réussis de son auteur. Gitai est en effet pris entre deux feux : on le sent à la fois désireux de réaliser le film dans son style habituel (longs plans-séquences, silences, etc.) et respectueux des contraintes imposées par une diffusion à 20h35 sur le service public. Ça donne un film à la mise en scène on ne peut plus bâtarde, qui tente plein de choses mais ne va jamais au bout, et qui à force d'hésitations ne provoque qu'un seul sentiment : l'ennui. Car si le livre de Jérôme Clément est paraît-il passionnant et émouvant, Gitaï n'a vraisemblablement pas su retranscrire les bouleversements qui naissent dans la tête du personnage principal. Audacieux, il refuse la facilité d'une voix-off pour l'expliciter ; à la place, on doit subir de longs blancs n'exprimant à peu près rien.
Plus tard tu comprendras est un film qui parle peu, mais dont les prises de parole sont en plus assez maladroites. La scène au cours de laquelle le héros tente de cuisiner sa mère sur son passé témoigne de l'épaisseur du trait, la vieille dame ne cessant d'esquiver le sujet avec des répliques aussi inspirées que « ça manque de sel » ou « j'ai fait brûler les haricots ». Pire : les consternantes prestations de certains acteurs secondaires parviennent même à désamorcer ce qui aurait pu être de beaux morceaux d'émotion (voir la scène où Hippolyte Girardot retrouve le lieu-clé de l'histoire de ses grands-parents, instant plombé par le jeu plus faux tu meurs de l'acteur qui "joue" son guide). Dommage pour la belle histoire de Clément ; dommage aussi pour Jeanne Moreau, dans son meilleur rôle depuis des lustres, et pour un Hippolyte Girardot pas tout à fait à l'aise, mais que l'on sent terriblement ému par le récit de ces destins tragiques. Une émotion qui ne traversera malheureusement pas l'écran.
3/10
(également publié sur Écran Large)

(autre critique sur Sur la route du cinéma)

3 commentaires sur “PLUS TARD TU COMPRENDRAS”

Pascale a dit…

Oui c'est ça. On est stupéfait, bouche bée devant tant de maladresses (restons polis), les yeux restent secs, le coeur ne s'émeut pas. Je n'ai cru à rien.
Quant aux mauvais acteurs : la palme au "guide" et au filston (pardon Emmanuelle !)...

Je ne suis pas d'accord sur un point. Jeanne Moreau était merveilleuse dans "Le temps qui reste" que même j'avais pleuré !

Rob Gordon a dit…

Naaaaan ! Le fiston du film c'est le fifils de la Devos ! Bah faut qu'elle l'emmène chez l'orthophoniste, ça lui rendrait bien service et ça lui éviterait de buter sur chacune de ses répliques...
Le rabbin n'est pas mal non plus. Et puis, oh, tiens donc, Serge Moati joue un pharmacien... N'importe quoi.

Pascale a dit…

OUi c'est son fils... Elle en était toute émoustillée dans mon poste chez Yves Calvi quand elle en parlait. C'est là qu'on s'aperçoit que l'amour ça vous fout une sacrée merde dans les yeux.

Ah ah ah !!! Moati en pharmacien.

C'est vrai que ce film est une mine d'or quand on y pense !

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz