22 déc. 2008

LES PLAGES D'AGNÈS

Le cinéma d'Agnès Varda dernière époque a quand même quelque chose de très spécial. Parfois, ça ressemble autant à de l'art qu'à du n'importe quoi, tant la vieille dame filme et monte tout ce qu'elle trouve en tentant de persuader tout le monde que c'est magnifique. Les glaneurs et la glaneuse était une sorte de petit calvaire sonnant, pensait-on, le glas d'une réalisatrice un peu dépassée. On se souvient avec douleur des longues minutes passées à s'extasier sur une pomme de terre en forme de coeur, ou à faire semblant d'attraper des camions avec la main. Heureusement, Les plages d'Agnès offre plus de fond et de forme, agréable bilan de la vie d'une cinéaste qui voua sa vie à son art et aux autres.
Il demeure chez Varda quelques excès nombrilistes et tentatives de manipulation qui rendent parfois le film agaçant. On la voit ainsi pleurer face caméra en déposant des fleurs devant des photos d'acteurs disparus. On l'entend évoquer, l'air de rien, le fait que Jim Morrison est venu chez elle, dans une sorte de fausse modestie dégoulinante. Elle tresse ses propres lauriers avec un certain orgueil, mais après tout, on n'est jamais si bien servi que par soi-même. Et Agnès retrace son parcours dans un gigantesque montage d'images et objets de diverses provenances, comme une grand-mère remonterait le cours de ses souvenirs en vidant son grenier. On y apprend finalement peu de choses, sauf peut-être sur Jacques Demy, mais la quantité d'idées et d'expérimentations contenues là-dedans a de quoi étonner... et souvent captiver.
Qu'elle attendrisse ou qu'elle agace, Varda a au moins le mérite de ne jamais susciter l'indifférence, et de ne tomber à aucun moment dans l'autobiographie linéaire. Plutôt rythmé, Les plages d'Agnès est un voyage assez charmant, qui ménage des moments aussi hilarants qu'émouvants. D'autant qu'il est difficile d'appréhender le film autrement que comme le testament d'une octogénaire certes énergique mais tout de même assez fatiguée. So long, Agnès. So long.
7/10

3 commentaires sur “LES PLAGES D'AGNÈS”

Noidor a dit…

On peut déjà lui accorder la décence d'éviter de surfer sur la vague Jacques Demy qui va pas tarder à déferler (à l'occaze de la sortie d'une intégrale DVD, entre autres)...

Après bon, que son film soit une réussite plutôt moyenne, on n'y peut rien; mais c'est vrai qu'elle aurait éventuellement pu se mettre les fans de Demy dans la poche avec un timing bien calculé.

Elle est au-dessus des considérations marketing la bonne dame.

Pascale a dit…

Et bien moi j'ai trouvé ce film plutôt fascinant et attendrissant, mais plus fascinant que larmoyant au final.
Et j'aimerais pouvoir être cette octogénaire fatiguée en tout cas !

vierasouto a dit…

Ce qui est intéressant, c'est qu'en fait, elle en dit le minimum et encore moins que ça...
Et aussi l'école que tout est oeuvre d'art, tout événement, toute idée, toute embûche, est reconverti en art, elle ne vit rien en direct, elle revisite et recycle tout jusqu'aux 80 balais à la fin dont elle fera certainement qq chose. Ca donne un éclairage intéressant sur la démarche artistique de repeindre la vie, sa vie, ses souvenirs, de ré-écrire l'histoire.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz