4 nov. 2008

HARCELÉS

On a déjà vu trente-six fois l'histoire de cet homme qui s'immisce dans la vie de ses voisins, jusqu'à développer un vrai comportement de psychopathe. La petite différence de Harcelés, c'est que le fou furieux en question est noir, et que ce n'est pas un hasard s'il s'attaque à un couple mixte... Le racisme à l'envers (appellation un peu idiote), tel est le sujet du film de Neil LaBute, qui le traite à travers un polar tout ce qu'il y a de plus classique.
Bien que désespérément classique, Harcelés bénéficie toutefois de quelques bonnes idées, dont celle consistant à faire du vilain harceleur un père de famille, casse-bonbons mais très aimant, un type somme toute assez humain mais un peu dépassé par ses obsessions. C'est lui que le film introduit en premier au lieu d'en faire une simple menace sur pattes... Bien campé par un Sam Jackson convaincu, Abel est un personnage plutôt intéressant, même si la révélation finale à propos de son trauma dégonfle sérieusement la baudruche.
Le propos sur le racisme reste relativement limité, tout comme l'intensité du climax qui clôt le film. En revanche, Neil LaBute réussit à installer une ambiance savoureusement délétère, où le danger est partout. Sans être révolutionnaire ou particulièrement saisissant, le film signe un léger rebond dans la carrière miteuse d'un réalisateur souvent décevant.
4/10

Laissez le premier commentaire sur “HARCELÉS”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz