6 oct. 2008

KHAMSA

Après quelques années un peu erratiques, Karim Dridi revient avec un Khamsa qui ne pourra que rappeler Bye bye, son premier et meilleur long-métrage. Dans les bas quartiers de Marseille, il suit un jeune gitan de onze ans qui grandit un peu n’importe comment, livré à lui-même et contraint de multiplier les mauvais coups pour se faire une place. Dridi raconte avec simplicité l’éclosion de cette mauvaise graine qui n’a malheureusement guère d’autre choix que celui de la délinquance. Les services sociaux auront beau se débattre, son cousin le prendre sous son aile, le petit Marco n’en finit pas de choisir les mauvais chemins. Un constat d’impuissance qui ne s’accompagne d’aucune leçon de morale, le réalisateur estimant à juste titre que les images parlent d’elles-mêmes.
Marco, c’est Marc Cortès, acteur débutant qui porte le film sur ses frêles épaules. Il a le regard noir de ceux qui ont connu plus de mauvaises expériences en une dizaine d’années que beaucoup d’autres pendant toute leur vie. Même s’il semble découvrir encore les mauvais côtés de sa vie désorientée, on sait bien que les larcins qu’il commet sont loin d’être les premiers. Le fatalisme avec lequel Dridi montre que la vie de Marco est finie avant d’avoir vraiment commencé est d’une beauté sans nom. Tout comme la façon dont il filme ce camp de gitans, dans lequel il est allé puiser la majorité de ses acteurs – sauf le petit Marco et l’immense Simon Abkarian.
Dommage que la fin plonge dans un dramatisme si prévisible. Si Marco a effectivement de très fortes chances – façon de parler – d’être un protagoniste ou même l’acteur principal de ces tragédies urbaines qui n’arrivent même plus jusque dans nos quotidiens nationaux, Khamsa n’avait sans doute pas besoin d’utiliser cela comme un élément d’intrigue. D’autant que Dridi manque de finesse dans sa façon d’exposer les évènements, et échoue sur les traces du Camus de L’étranger. Que cela n’empêche personne de découvrir ce film un rien plombant mais en partie très réussi.
7/10
(également publié sur Écran Large)

Laissez le premier commentaire sur “KHAMSA”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz