30 sept. 2008

MARRIED LIFE

Marivaudages, coucheries et trahisons : c'est grosso modo le menu proposé par Married life, vaudeville simplissime et pas loin d'être simplet. On a déjà vues toutes les situations présentées dans les films de Woody Allen, par exemple, mais avec en plus de l'esprit, de l'humour, et un sens de la perversité que n'a visiblement pas Ira Sachs. Optant pour une approche obstinément flegmatique, le réalisateur-scénariste s'engonce rapidement dans une posture coincée et franchement chiante. La routine et l'ennui de ces personnages sans épaisseur sont communicatives, et l'on espère longtemps que cette mécanique trop bien huilée va soudain prendre vie et tout emporter sous son passage.
On y croit même franchement pendant un moment, le temps que le "héros" (Chris Cooper, qui semble s'autoparodier dans le rôle du type le plus rigide de la bande) réfléchisse à l'éventualité de dézinguer sa femme pour faciliter son départ avec une jeunette. Qu’on se rassure : il se ravisera bien vite, permettant à chacun de retomber dans sa léthargie. Rien ne viendra plus perturber ce non-rythme, et surtout pas l’inévitable leçon de morale finale, qui nous montre que l’adultère c’est mal – sauf si on est jeune et séduisant. Seule l’intéressante mais méconnue Patricia Clarkson peut valoir à elle seule un petit crochet par les quelques salles qui diffusent Married life ; sinon, on peut aussi rester chez soi, au chaud avec un bon livre, histoire d’apprécier son propre train-train au lieu d’aller s’emmerder devant celui des autres.
4/10

Laissez le premier commentaire sur “MARRIED LIFE”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz