19 sept. 2008

LA BELLE PERSONNE

On accueille volontiers les téléfilms d'Arte au cinéma, surtout lorsqu'ils nous sont offerts par un cinéaste comme Christophe Honoré, qui s'inscrit dans la lignée de deux réalisateurs qui passèrent précédemment par cette case (Cédric Klapisch pour Le péril jeune et Pascale Ferran pour L'âge des possibles). La belle personne commencerait presque comme le premier, avant d'emprunter rapidement une voie bien plus proche du deuxième, avec un peu de Pialat pour le goût. Une fois n'est pas coutume, grâce soit rendue à Nicolas Sarkozy, qui affirma naguère qu'il ne voyait pas l'intérêt de faire lire La princesse de Clèves à des lycéens. La belle personne constitue une réponse immédiate et épidermique à ce propos ô combien saugrenu. Adaptation moderne de l'oeuvre de madame de la Fayette, le film est à la fois une description des incontournables années lycée et le récit d'un amour impossible. C'est en tout cas ce qu'a décidé Junie (magnétique Léa Seydoux), qui refusera au final l'idée même du grand amour par peur de le gâcher.
On retrouve ici le style Honoré, qui ne peut indifférer. La mise en scène est beaucoup plus sage qu'à l'habitude, mais les chansons d'Alex Beaupain, la description des errements amoureux et la passion qu'il éprouve pour ses jeunes comédiens nous plongent en terrain connu. Tout comme la présence (oui, c'est le mot) de Louis Garrel, qui parvient à chaque fois à créer un décalage différent du précédent. Le voir enseigner à des élèves qui semblent à peine plus jeunes que lui a quelque chose d'inquiétant et de cocasse. Dès lors, les relations diverses qui le lient à ses élèves ne sont que plus vénéneuses. À l'image d'un film qui de vient de plus en plus sombre et profond à mesure que s'enchaînent les bobines, pour aboutir à un final forcément attendu mais d'autant plus réussi qu'il est exécuté avec la dose idéale de lyrisme. Honoré n'a pas renoué avec les sommets de Dans Paris, mais prouve une nouvelle fois qu'il faudra compter encore et encore avec lui.
7/10

5 commentaires sur “LA BELLE PERSONNE”

Pascale a dit…

Heureusement que le style Honoré m'a cueillie parce que Léa Seydoux ne m'a pas magnétisée moi, nullement et même tout le contraire : agacée ! Beau spécimen d'ado tête à claques qui n'a pas compris un mot de ce qu'elle avait à faire.

Rob Gordon a dit…

Mouais, je pense surtout que t'es une grosse jalouse...

Pascale a dit…

Je ne vois pas le rapport... vu que je suis en extase devant Chiara ou Clothilde et que là j'aurais vraiment de quoi être jalouse !
C'est bien un propos de mec.

Rob Gordon a dit…

Ce n'était que du chambrage gratuit...
Allez, gonzesse, retourne faire la vaisselle.

Pascale a dit…

Et pendant ce temps là elle fait quoi ma boniche ?

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz