3 sept. 2008

INTRUSIONS

La routine est vraiment quelque chose d’effrayant. Emmanuel Bourdieu l’a bien compris, délaissant le thriller littéraire (Les amitiés maléfiques) pour se tourner vers le polar. Intrusions commence comme un Chabrol, avec cette fille de bonne famille qui couche avec le premier venu pour défier son cher papa qu’elle vouvoie. Conséquences directes : polichinelle dans le tiroir, puis mariage imposé par le chef de famille un rien tyrannique. Le ton est donné : c’est le capharnaüm chez les bourgeois, et la violence (physique ou morale) ne devrait pas tarder à faire son apparition, surtout lorsqu’apparaît le personnage mystérieux incarné par Denis Podalydès. Dialogues un peu patauds, interprétation empruntée (surtout de la part de Natacha Régnier, habituellement si juste)… La première demi-heure du film n’a rien de transcendant et fait même craindre le pire pour la suite. On ne croyait pas si bien dire.
À vrai dire, on se serait volontiers contenté du polar moyennement ficelé qu’on était venu voir, avec un meurtre fortuit, une histoire de chantage et quelques rebondissements à la sauce film noir. Bourdieu, lui, fait le choix du contre-pied, et bascule soudain dans tout autre chose, une sorte de frénésie burlesque qui devrait être inquiétante mais ne suscite que des rires gênés. D’un Chabrol prise de tête, le ton du film passe à du mauvais Bonitzer, avec passages du coq à l’âne et attitudes franchement incongrues, mais sans la résonance psychanalytique que l’on peut toujours trouver chez l’auteur de Rien sur Robert. Bien que sans doute très travaillé, le scénario de Bourdieu semble basculer dans le symbolisme lourdaud et le n’importe quoi général, à l’image de la prestation d’Amira Casar dans un rôle indéfendable.
Le spectateur, lui, doit faire sensiblement la même moue que Podalydès, qui passe l’intégralité du film avec un air complètement blasé et indifférent à ce qui se produit à l’écran. Bourdieu voulait un film sur la folie, l’irruption de grains de sable dans une machine trop bien huilée : le résultat est un film hystérique et souvent insupportable, qui démontre en tout cas que la routine a ses avantages.
3/10

Laissez le premier commentaire sur “INTRUSIONS”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz