13 août 2008

L'EMPREINTE DE L'ANGE

Pour son deuxième long, l’ambitieux Safy Nebbou utilise les codes du thriller pour livrer un drame psychologique et intimiste qui peine malheureusement à convaincre par manque de cohérence et d’intensité. L’empreinte de l’ange est une affaire de transfert, celui d’une femme qui prend la fille d’une autre pour la sienne, qu’elle a pourtant perdu quelques années auparavant. Si le scénario hésite longtemps entre folie, affabulation et d’autres possibilités, il ne cherche pas à tout prix à approfondir la part de mystère de cette drôle d’histoire. Ce refus du suspense est confirmé par le fait que le film adopte en majorité le point de vue de la femme perturbée par son étrange vision.
Le problème essentiel du film, c’est qu’il tarde à proposer ce qui aurait dû être son atout numéro un, le face-à-face tant attendu entre Sandrine Bonnaire et Catherine Frot, mère biologique et mère fantasmée. Lorsque celui-ci survient enfin, il déçoit par son peu d’ampleur, les actrices semblant aussi tétanisées que leurs personnages. Auparavant, Nebbou aura aligné de façon relativement honnête scènes d’exposition et éléments de montée en tension. C’est correctement construit, en tout cas assez pour éveiller l’attention jusqu’au moment du dénouement.
Mais les langues et les cœurs se délient, et L’empreinte de l’ange de proposer un mini-twist moyennement surprenant mais qui vient remettre bien des choses en question. Y compris la légitimité de l’ensemble du film, qui perd toute crédibilité – notamment le prologue, balayé du revers de la main. Même une conclusion un rien surnaturelle aurait été moins rageante que cette fin-là, qui met au rebut l’ensemble de l’étude psychologique effectuée dans les premières bobines. Dommage que la réunion de tant de talents – car Nebbou est loin d’être manchot et son casting a de la gueule – donne finalement une telle impression de gâchis…
5/10
(également publié sur Écran Large)

2 commentaires sur “L'EMPREINTE DE L'ANGE”

Anonyme a dit…

Pas du tout d'accord !
C'est un film magnifique !
Il n'y a cas lire les critiques formidables libé le monde le parisien les inrocks même le figaro ouahou !!!!

Frédéric a dit…

Bon, vu ce soir, je l'ai trouvé très dérangeant et je suis relativement d'accord avec ta critique. Sauf que tu as fait une petite erreur dedans : l'incendie que l'on voit dans le prologue n'est pas du tout celui qui est au coeur de l'intrigue. Le dénouement ne balaie donc pas le prologue. ;)

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz