21 juil. 2008

UN MONDE À NOUS

Édouard Baer est un type formidable, et un acteur quatre étoiles. On aurait pu le croire enfermé à vie dans le même genre de rôle (en gros, un dandy buvant des cafés crème au Flore), mais il persiste de film en film à nous convaincre que oui, il peut tout jouer, et bien qui plus est. Dans Un monde à nous, Édouard est particulièrement convaincant, adoptant une coupe de cheveux, une stature et une diction différentes sans passer par la case Actor’s studio. Et c’est vraiment beau.
Un monde à nous est un vrai film d’acteur, puisque face au wonderful Baer se dresse Anton Balekdjian, novice d’une dizaine d’années, et valant bien mieux que son statut originel de fils-du-réalisateur. Comme on dit, le gamin a vraiment un truc, arrivant à se hisser à hauteur de son prestigieux partenaire dans un film où le duo est souvent seul à l’écran. Il fallait bien deux acteurs de cette trempe pour faire exister jusqu’au bout le mystère du scénario, cette fuite en avant pour échapper à des tueurs tapis dans l’ombre ou, en tout cas, à un mal de ce genre. En même temps que le jeune Noé, on suit et on s’interroge sur ce père mutique et exigeant, qui dissimule un secret que l’on devine douloureux. C’est là la clé du film : qu’est-ce qui se cache derrière cette traque ?
En attendant, Noé subit un entraînement intensif pour faire face aux éventuelles attaques extérieures. Ce qui donne lieu à quelques scènes impressionnantes, mais également à quelques séquences laissant un peu dubitatif quant aux intentions de Frédéric Balekdjian : s’il voulait nous faire flipper, c’est raté ; sinon, tout va bien. Le réalisateur réussit en tout cas la description de l’enfermement du gamin et de son père dans des mensonges, des non-dits, un refus de socialisation qui semble indispensable mais génère également beaucoup de douleur. Dommage que les dialogues et les prestations des autres gamins du film soient moins satisfaisants…
Puis vient l’heure de la dernière bobine ; là, le film est victime de la maladresse de son réalisateur, qui peine à faire comprendre clairement ses intentions, divisant le public alors que ce n’était pas là son but. Montage manipulateur ou narration mal foutue ? Difficile de trancher ; quoi qu’il en soit, cette conclusion hasardeuse nuit fâcheusement à Un monde à nous, qui crée beaucoup de frustration malgré ses images de fin, émouvantes et convaincantes. On saisit enfin le propos, trop tard cependant pour ne pas être très agacé par le demi gâchis auquel on vient d’assister.
6/10

2 commentaires sur “UN MONDE À NOUS”

Pascale a dit…

Ne l'écoutez pas mesdames et messieurs. Y'a rien qui gache rien dans ce film.
Le Rob est jaloux parce que Balekdjian (écrit sans regarder) a abusé de moi et pas de lui.
Le petit Balek. est EXTRAORDINAIRE.

Claire a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec toi pour ce qui concerne Edouard Baer. D'habitude il fait ... du Edouard Baer, et ce n'est pas très varié. Et là il est différent, même sa façon de bouger est différente. Pour cette raison le film m'a plu, et aussi pour le gamin. L'histoire était originale mais finalement pas assez, elle se dégonfle trop rapidement. Pour ça j'ai par contre été déçu.
6/10, ça correspond avec ce que je pense !

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz