4 juin 2008

JCVD

Après Johnny Hallyday, John Malkovich et quelques autres, c'est au tour de Jean-Claude Van Damme de se voir consacrer (ou pas) un film. JCVD, ce n'est évidemment pas une biographie / hagiographie d'un acteur belge, prolifique et souvent raillé, mais un film un peu concept (quoique pas tant que ça), qui donne à le voir sous un autre angle, pour en faire autre chose qu'une montagne de biscotos balançant des aware à chaque phrase. On le sait depuis le prometteur Virgil, Mabrouk el Mechri est doué, et ne cède ni à la facilité ("allez, tiens, faisons un film avec Van Damme dans son propre rôle, je vous écris un scénar sur un coin de nappe, et hop") ni aux ravages de l'arty-ficelles (non, pas de faute de frappe) et de la métaphysique pour enfants de douze ans.
JCVD, c'est d'abord un film de genres, qui n'a pas peur de se détourner d'un pitch forcément réducteur pour aller s'intéresser à d'autres personnages qu'à Van Damme et lorgner du côté du film noir (prise d'otages, rançon et tout l'attirail). C'est forcément un peu décevant, puisqu'on attendait un film-concept braqué plein feux sur l'acteur alors qu'au final ce n'est pas ça du tout. Mais ça permet au film de ne pas rester prisonnier de son idée de départ. Si quelques digressions ou partis pris peuvent légitimement agacer, el Mechri fait preuve d'une vraie faim de cinéma et livre un portrait vibrant d'un Van Damme jamais vu. Il fait l'acteur, et il le fait bien. Parfois, il est presque beau. Il respire la sincérité. Et emporte allègrement la plus belle scène du film, confession aérienne que seul un grand voltigeur pouvait réussir. Un monologue qui respire l'émotion et file la chair de poule. Rien que pour cette belle et longue scène, JCVD vaut le coup d'oeil.
On aurait tout de même aimé que le film aille un peu plus loin, qu'il gaspille un peu moins son énergie dans le récit de ce braquage foireux dans lequel Van Damme finit par s'abîmer. Difficile de saisir pourquoi el Mechri tient tant à nous faire revivre certaines scènes sous plusieurs points de vue différents. Cela n'apporte quasiment rien, si ce n'est de très beaux plans-séquences, souvent discrets, toujours maîtrisés. Bien qu'un peu frustrant et manquant un peu de profondeur, JCVD est un beau film, tant par son propos feutré que par l'étonnante atmosphère (visuelle notamment, avec ce vrai-faux sepia très réussi) qu'il parvient à distiller. Souhaitons que cela relance la carrière de JC et qu'il revienne bien vite vers ses fans avec de multiples direct-to-video dans lesquels il tatannera la gueule de méchants soviétiques ou d'indochinois voraces.
6/10

3 commentaires sur “JCVD”

Fred a dit…

Ah pour une fois que je vois un film presque le même jour que toi ! En tous cas j'ai bien aimé JCVD, moi... C'est joli, y'a des bonnes idées et de bons dialogues (la chauffeur de taxi Bruxelloise est assez incroyable) mais quelques longueurs... Mais bon s'il fallait attendre ce film pour que les autres gens remarquent ce que j'ai vu depuis quelques temps (JCVD est loin d'être con), c'est toujours ça de pris.

Rob Gordon a dit…

Je suis amplement d'accord (et mademoiselle Gordon également) sur le fait que JCVD est loin d'être un gros con, et qu'il a même quelque chose de visionnaire. C'est un philosophe qui a juste un peu de mal de temps en temps à trouver les mots pour mettre en images les idées complexes qu'il veut défendre. Et c'est bien qu'un film vienne lui rendre hommage, en effet.

Hitmusemag a dit…

JCVD, enfin son retour ! On en a parlé aussi sur Hitmusemag http://www.hitmusemag.com/JCVD-1263-hitmusemag.html

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz