26 juin 2008

DIARY OF THE DEAD - CHRONIQUES DES MORTS-VIVANTS

Et revoici papy Romero ! Ce cher George ne s’est toujours pas lassé de nos amis les zombies, et livre un Diary of the dead en forme de cinquième épisode d’une saga visiblement vouée à ne s’arrêter qu’avec son décès (vu qu’il ressemble à un cadavre depuis vingt-cinq ans, on peut difficilement prédire si sa mort réelle est imminente ou lointaine). Conscient tout de même qu’on a soupé des simples histoires de morts-vivants et qu’il serait purement inconscient de tenter de donner une simple suite à ce qui fut longtemps une trilogie (La nuit des morts-vivants / Zombie / Le jour des morts-vivants), Romero tente de poursuivre une entreprise de rénovation amorcée voici deux ans avec Land of the dead. Cette fois, il choisit d’utiliser un procédé type Rec ou Cloverfield afin d’ancrer son histoire dans le réel et de secouer le spectateur. Malheureusement pour lui, ils furent plusieurs à avoir la même idée quasiment en même temps (la simultanéité des projets ne permet pas d’affirmer que Machin a copié Truc), et il faut bien reconnaître que le vieux George ne sort pas gagnant au grand jeu des comparaisons.
D’abord parce que Diary of the dead, comme son titre l’indique, est d’abord un journal, et qu’il ne semble pas aspirer à atteindre des sommets de terreur. Presque plus sociologique qu’horrifique, le propos donne lieu à quelques saynettes bien senties, établissant notamment un parallèle pas trop lourdingue entre la zombitude et l’immigration, mais il est difficile de se contenter de cela lorsqu’on était venu pour flipper un peu au contact de ces êtres inanimés dont la seule vision suffit souvent à provoquer un terrible malaise. Si leurs films n’étaient pas totalement convaincants, Matt Reeves et le tandem Balaguero – Plaza avaient su exploiter le format « vidéo amateur » pour faire entrer le spectateur dans une aventure en temps réel intrigante et assez scotchante. Romero, lui, nous rappelle qu’il n’est plus si jeune, et semble découvrir sur le tas l’existence de téléphones équipés de la vidéo, et même des simples caméscopes. Il fait joujou avec les formats sans que cela n’apporte grand-chose. Et l’on trépigne de frustration face devant un film ennuyeux mais qui n’aurait pas eu besoin de grand-chose en plus pour séduire.
Reste que Diary of the dead est plus recommandable que le très pesant Land of the dead, qui était plombé par une interprétation pataude et des métaphores aussi peu fines. C’est en fait lorsqu’il part en digressions que le film de Romero se fait le plus plaisant : quelques anecdotes croustillantes à propos des zombies viennent nous rappeler que ce mec-là n’est pas n’importe qui, qu’il a toujours une plume et qu’il peut encore nous surprendre à l’avenir. Pas trop appuyée, délicieusement froide, une conclusion laconique et un peu dégueulasse nous apporte un regain d’espoir pour l’éventuelle suite de sa filmographie.
4/10

2 commentaires sur “DIARY OF THE DEAD - CHRONIQUES DES MORTS-VIVANTS”

Pascale a dit…

Devine combien j'ai vu de films de Romero ?

Rob Gordon a dit…

Zéro. C'est facile : c'est le seul nombre qui rime avec Romero.
Même si je me doute que tu n'avais pas l'intention d'aller voir celui-là, je tiens à insister sur le fait qu'il faut absolument commencer par le commencement, et pas par cette pâle resucée.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz