26 avr. 2008

CA$H

À l'époque où il était encore lisible, le magazine Première nous régalait notamment avec une excellente rubrique, Anthologie du film con, dans laquelle Jean-Jacques Bernard rendait hommage à sa manière à quelques-une des oeuvres les plus stupides du cinéma mondial. À coup sûr, Ca$h aurait donné du grain à moudre à cet excellent journaliste. Car non content d'être dépourvu de neurones, le machin d'Éric Besnard voudrait passer pour un film roublard, malicieux et extrêmement pointu. Il n'y a pas plus horripilant que les cons qui ne savent pas qu'ils en sont. La formule s'applique également au film.
Sur le papier, Ca$h, c'est donc un Ocean's eleven à la française, avec ses diamants, son casse, son équipe de pieds nickelés, ses beaux costards. Oui mais non. La liste des tares du film ressemble à un catalogue. Pas rythmé, très (mais alors très) mal filmé, mochissime. Joué n'importe comment (même si Dujardin s'en sort à peu près grâce à une sympathie à toute épreuve), effroyablement écrit. Et donc, formidablement con. S'il n'y a rien de plus beau qu'une belle arnaque, que dire de celles qui mettent des plombes à se mettre en place mais dont on a déjà tout compris avant même la fin de la phase d'exposition ? D'un film qui semble hurler à chaque seconde "regardez comme on est malins, vous allez être cueillis", et qui se conclut par le twist final le plus prévisible du début de siècle ? D'un étalage de bling-bling à faire baver d'envie notre cher omniprésident ? Consternation totale. Besnard se prend pour Soderbergh, et c'est exaspérant. Même le compositeur a pompé la BO d'Ocean's eleven (sauf qu'ici, la musique est mal orchestrée, et imposée à nos pauvres oreilles du début à la fin, à fort volume).
Rarement une heure quarante aura semblé si longue. On aurait presque préféré se trouver face à un des derniers films de Gérard Krawczyk, aussi idiots que celui-ci, mais conscients de leur condition. On rentre chez soi avec l'envie de revoir L'arnaque, les Ocean's, et une bonne partie de la filmo de David Mamet. Seul point positif d'un film qui ravira à coup sûr les programmateurs de TF1.
1/10

3 commentaires sur “CA$H”

Pascale a dit…

Moi je suis tellement naïve et bon public que j'avais pas vu la ptite pirouette rikikissime de la fin... mais en y repensant un peu, c'est vrai que c'est rapidement téléphoné... Mais comme on s'en fout complètement : AH BON TOUT çA POUR çA ??? Quel navet, mais quel navet !!
Quels mauvais acteurs : palmes à Molina et Reno !
Et la musique... c'est sûr c'est la même que pour les Ocean sauf que, comme tu dis, elle casse les oreilles (et les burnes à ceux qui en ont) tellement c'est fort !

Et la fin, les voir tous en blanc réunis à faire péter le champ' en s'autocongratulant et le rire de fond de gorge de Jean Reno...
A.I.U.T.O.O.O.O.O !!!

Pascale a dit…

C'est vrai que ça donne foutrement envie de revoir L'Arnaque... comme le film ci-dessous d'ailleurs !

Jérôme a dit…

je me joins au club. Que c'est mal filmé et que l'image est laide :-(

si ca continue je vais faire une club sur Facebook ;-)

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz