28 nov. 2007

AGENT DOUBLE

Utiliser les codes du film d'espionnage pour réinventer le drame : c'est le pari osé par Billy Ray, qui relève le défi haut la main. Agent double est un film ambitieux et éblouissant, le face-à-face de deux hommes dont le seul point commun est qu'ils passent copieusement à côté de leurs vies. La trame est classique : un jeune blanc-bec est chargé malgré lui de surveiller les faits et gestes d'un ponte du FBI suspecté d'être un agent double à la solde de l'URSS. Sur de point de départ, Ray brode un canevas à la fois minimaliste et universel, la lutte à demi-mots des deux hommes pouvant être vue comme le révélateur de la perversité humaine.
Agent double fait penser aux meilleurs romans de John Le Carré, l'épure en plus. On quitte très rarement les bureaux du FBI, la violence est plus morale que physique, et les scènes les plus haletantes sont celles où le héros doit subtiliser un document et le ranger dans la bonne pochette. Ce minimalisme doit sa réussite au charisme des interprètes. Ryan Phillippe est étonnant en jeune agent, confirmant film après film qu'il vaut mieux que ses débuts dans des teen-movies peu recommandables. Mais la vraie attraction du film, c'est Chris Cooper, absolument prodigieux dans le rôle-titre. Il donne à son personnage, un agent tatillon, exigeant, impressionnant et dangereux, une dimension supérieure. Sans lui, le film n'aurait probablement pas eu le même intérêt.
Si cette affaire de traîtrise est évidemment au coeur du film, c'est pour mieux embrasser les destins étonnants de ces hommes de l'ombre (intègres ou non). Des individus prêts à mettre leur vie de côté pour servir leur pays, comme si la vie n'était pas assez courte. On sent la tristesse poindre à chaque instant dans les regards des personnages. Un spleen latent qui participe à la réussite d'un film passionnant, dense et singulier. Étonnant de la part d'un réalisateur qui s'était contenté jusque là d'écrire beaucoup de très mauvais scénarios (de Color of night à Volcano).
8/10

4 commentaires sur “AGENT DOUBLE”

dePassage a dit…

Bsr,
Confirmation pour le charisme de Chris Cooper, ce type est plus qu'un acteur.
Un rapide tour sur sa bio Wikipedia nous apprend que la vie ne l'a pas toujours épargné... de là peut-être son regard 'spleeneux'.
Découvert dans un bon petit film, Ocotber Sky, où déjà il donnait la réplique à un autre jeune, Jake Gyllenhaal.
Y a une vraie humanité chez Cooper.

Anonyme a dit…

Oula ! Nous n'avons pas vu le même film.
Chris Cooper me fascine depuis "Lone star" et j'ai l'impression que là, il a pour la première fois un premier rôle... et il ne lui manque qu'un panneau sur lequel serait inscrit "je suis très très vilain... regardez je fais mes gros yeux !".
Charismatique Ryan Philip ??? Me refais plus jamais un coup comme ça, j'ai le coeur fragile !
L'ennui s'est installé dès la première scène grotesque où j'ai bien ri... et ne m'a plus lâché.
Enfin, je crois que je tiens là l'un des navets de l'année...

Anonyme a dit…

Bon au dessus c'est moi Pascale "sur la route du cinéma" mais y'a plus moyen de rentrer son identité...

Rob Gordon a dit…

Je persiste et signe.
Cooper a toujours eu ce regard noir et presque sursignifiant, et c'est justement ce qui lui donne sa force suprême : on sent non seulement que le type est inquiétant, mais aussi qu'il se force à être impressionnant pour mieux masquer ses failles.
Quant à Phillippe, comme dans Way of the gun, il joue les types fades et faussement butés avec une rare vérité. Peut-être parce qu'il est lui-même fade et buté ; ou pas.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz